Le bitcoin concurrencé par les banques centrales ?

Le bitcoin concurrencé par les banques centrales ?

Alors que le bitcoin est en plein essor, les banques centrales multiplient les annonces de projets sur les devises virtuelles.

 

Alors que le bitcoin est en plein essor, les banques centrales multiplient les annonces de projets sur les devises virtuelles.

Bientôt des euros ou bien encore des dollars numériques ?

En tout cas, les banques centrales multiplient les annonces de projets sur les devises virtuelles malgré le fait qu’elles critiquent toujours vivement les cryptomonnaies décentralisées.

Les monnaies numériques des banques centrales seront-elles capables de suivre les traces des platebandes des cryptomonnaies ?

Existe-t-il une différence entre un euro numérique, un bitcoin ou encore le projet de monnaie privée de Facebook ? Faisons le point.

Qu’est-ce qu’une monnaie numérique de banque centrale ?

Des Européens échangeant régulièrement en passant par une application gouvernementale chinoise, ou bien encore par une application contrôlée par des entreprises américaines.

De quoi donner littéralement faire paniquer les banques centrales.

Ces dernières veulent que leurs monnaies nationales gardent un rayonnement international.

Mais aussi qu’elles soient des références lors des échanges internationaux.

Face à la montée en force des cryptomonnaies ainsi que des autres stablecoins, la majorité des grandes banques centrales, surtout la Fed, (Banque d'Angleterre), la Banque centrale européenne ainsi que l'institut monétaire chinois, pensent donc à lancer leurs propres monnaies numériques.

La BCE envisage d’ores et déjà une multitude d’options :

  • Carte de paiement avec fonds garantis plutôt qu'une banque,
  • compte en ligne
  • Application permettant d’effectuer des virements ou bien encore des paiements entre Européens, avec frais bancaires limités.

L'Institut de Francfort a également pris en considération les inquiétudes des Européens sur les risques de protections de leur vie privée, et ne prendra donc aucune décision avant l'été.

C’est la Chine qui possède le projet le plus abouti pour le moment : 10 millions de yuans numériques (1,5 million de dollars) ont été dernièrement distribués aux habitants de Shenzhen.

Tout ceci afin que le yuan numérique soit efficace lors des Jeux olympiques d'hiver l'année prochaine à Pékin.

Quelle est la différence avec une cryptomonnaie ?

L'émission de nouveaux bitcoins est judicieusement régulée grâce à un algorithme, et non par un comité de politique monétaire.

Le système décentralisé faisant fonctionner le réseau bitcoin garantit que ses créateurs ne peuvent en aucun cas faire tourner la planche à billets s'ils le désirent, aux antipodes de ce qu'ils perçoivent comme des abus des banques centrales.

Les banques centrales désirent apporter de la stabilité dans le monde des monnaies numériques.

Luke Sully, patron de l'entreprise Ledgermatic stipule :

"La technologie qui devait à la base garder la confidentialité des transactions a été corrompu par les gouvernements".

Aussi, 13 années suite à la création du bitcoin , si le marché des cryptomonnaies a gonflé pour pouvoir atteindre plus de 2.000 milliards de dollars, l’utilisation de celui-ci comme véritable moyen de paiement a été quasiment abandonné.

De manière paradoxale, le secteur des cryptomonnaies devrait profiter également de projets de monnaies numériques de banques centrales.

Vous avez dit "stablecoins" ?

Les banques centrales s'inquiètent également des projets de "stablecoins".

Ces monnaies numériques dont les émetteurs promettent qu'elles sont adossées à des fonds équivalents en monnaie classique.

Le Diem, anciennement Libra, est le plus ciblé par les gouvernements.

De plus, ce projet est soutenu financièrement par Facebook.

Si l'entreprise offrait un moyen de paiement efficace sur son réseau social ou bien encore sur WhatsApp, les monnaies traditionnelles pourraient en pâtir.

Autres articles